COCOTTE TOUT CHOCOLAT

Une recette adaptée d’un livre-kit, que l’on m’ offert à Noël : Petites cocottes. Le concept est plutôt sympa : vous offrez un livre de cuisine + un ustensile assorti pour réaliser les recettes.

Du coup, me voilà lancée dans les cocottes !

Pour démarrer, j’ai pris une recette qui ne pouvait être que bonne : le moelleux au chocolat.

Ingrédients (pour 2 cocottes individuelles) :

– 1 œuf

– 70 g de chocolat noir à dessert

– 30 g de beurre demi-sel

– 30 g de farine de blé T 55

– 30 g de sucre

– 15 g de fécule de maïs (maïzena)

– 1 grosse cuillère à soupe de cacao en poudre (type Van Houten)

Préparation :

Il est conseillé de chemiser les cocottes : passer un sopalin imbibé d’huile dans la cocotte et saupoudrer d’un peu de farine.

Faire fondre le chocolat en carré au bain-marie ou au micro-ondes à puissance moyenne.

Ajouter ensuite le beurre et mélanger au fouet pour obtenir une pâte lisse et brillante.Ajouter le sucre puis l’œuf entier, mélanger énergiquement .Incorporer ensuite le cacao puis la farine.

Répartir la pâte dans les cocottes. Entreposer une trentaine de minutes au réfrigérateur (on peut aussi les préparer quelques heures à l’avance, ce qui est assez pratique quand on reçoit).

Préchauffer le four à 180°C (th.6).Quand il est bien chaud, enfourner les cocottes (sans le chapeau).

Laisser cuire en surveillant la cuisson entre 8 et 9 min : une croûte se forme mais l’intérieur doit être encore coulant.

Quand les moelleux sont prêts, les sortir aussitôt du four et servir.

La 1ère fois, je me suis fait avoir : je les ai laissées dans le four éteint encore chaud et en 5 min, c’était devenu des cakes !

Résultat : super, le cœur était bien coulant, le moelleux n’était pas excessivement sucré (j’aime bien prendre du chocolat pâtissier Meunier pour cette raison).

 

DSCN1267DSCN1268

GLACE AU BEURRE DE CACAHUÈTE : 3 TEMPS / 3 INGRÉDIENTS

DSCN1265
Pour mon premier essai-sorbetière, j’ai pioché ce que j’avais dans les placards : pas de crème fraîche, alors j’ai pris un pot de beurre de cacahuète qui fera office de matière grasse.
Je suis un souvenir mémorable d’une glace au beurre de cacahuète prise au “Dairy Queen”, une chaîne de glacier sur le continent américain, j’ai alors essayé de tenter l’expérience.
Après, il a fallu maîtriser la “bête” : un sorbetière achetée la semaine dernière dans un dépôt-vente.
Heureusement que l’on trouve tout sur Internet ! Le site Phillips avait numérisé le mode d’emploi.
Le bol accumulateur attendait bien sagement dans mon congélateur et j’ai commencé la préparation, au demeurant très simple (quitte à faire un gloubiboulga, autant pas gâcher du temps et des ingrédients).

Ingrédients (pour 4 grosses boules de glace) :

– 225 ml de boisson au soja
– 100 g de beurre de cacahuète smooth (mais on doit pouvoir le faire avec du crunchy)
– 50 g de sucre glace
Pour éviter de trouver des désagréables cristaux de glace, il est conseillé d’employer du sucre glace.

Préparation :

Faire fondre le beurre de cacahuète avec la boisson au soja et le sucre glace (j’ai tout mis dans un tupperware et hop’ direction four micro-ondes).

Une fois que le mélange est bien homogène, laisser refroidir puis réserver au frigo au minimum 30 min : le mélange épaissit.

Au dernier moment, on place le bol accumulateur froid à l’intérieur de la sorbetière.
Assembler l’appareil et verser la préparation au beurre de cacahuète.
Brancher et c’est parti pour 20 à 30 min !

L’avantage d’avoir fait préalablement refroidir le mélange, c’est qu’il n’y a pas d’éclaboussures.
Une fois que la glace est bien onctueuse et épaisse, on arrête l’appareil (il n’y a pas d’automatisme sur mon antiquité).

Mettre la glace dans un bac et direction au congélateur.

J’ai appris que les glaces faites maison ne se conservaient pas plus de 15 jours, il vaut mieux donc préparer des petites quantités.

Résultat : Etonnamment satisfaisant, la crème glacée est très onctueuse, rien à voir avec les glaçons cristallisés et pailleux que j’avais essayé de faire sans sorbetière !
Et le goût est original, on sent bien le beurre de cacahuète.

SHORTBREAD

shorbread1

Les shortbread sont des petits biscuits sablés originaires d’Ecosse.
Pour les parfumer, j’ai ajouté à la recette traditionnelle des zestes d’agrume (depuis que j’ai des oranges bios avec mon panier hebdomadaire de fruits et légumes, j’en profite jusqu’à la lie peau !).
Sur la photo, vous verrez que les biscuits sont très fins; les sablés originels sont plus épais : environ 1 cm d’épaisseur.

shortbread2

Ingrédients (pour 10 gros sablés ou 30 plus fins) :

– 110 g de beurre demi-sel
– 1/2 cup de sucre glace (100 g)
– 1.5 cup de farine de blé T 55 ( 150 g)
– le zeste d’une orange non traitée
– 1 cuillère à soupe de jus d’orange

Préparation :

Préchauffer le four à 160°C.

Faire ramollir légèrement le beurre avec le jus et le zeste d’orange.

Battre le beurre en pommade avec le sucre (au fouet ou à la spatule).
Ajouter graduellement la farine. Travailler la pâte à la spatule jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de trace de farine.
Éviter de trop pétrir la pâte, sous la peine de la rendre élastique.
Si la pâte colle, ajouter un peu de farine.

Réserver au réfrigérateur une 30aine de minutes.

Si vous préparez cette pâte plusieurs heures à l’avance, il faudra la sortir du réfrigérateur une bonne demi-heure avant de l’étaler.Abaisser la pâte avec un rouleau à pâtisserie sur une épaisseur de 3 mm à 1 cm selon le sablé que vous voulez obtenir.

Découper à l’emporte-pièce ou à défaut avec un verre.
Placer les biscuits sur une tôle à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé.

Enfourner. La cuisson dépend de la taille des biscuits, du nombre de pièce, de votre four, etc. Il vaut mieux surveiller : dès qu’ils commencent à colorer (à peine blonds), retirer la plaque et laisser les biscuits sécher sur une grille. Ils durciront en refroidissant.

Ils se conserveront plusieurs semaines dans une boîte en fer.

Après plusieurs tentatives, j’ai remarqué que plus ils étaient épais, plus ils avaient une texture sablée.

Pour prélever le zeste d’une orange, il est nécessaire qu’elle ne soit pas traitée après récolte. Comme je n’ai pas toujours des oranges fraîches, j’ai trouvé de l’écorce d’orange bio en poudre. Très pratique, cela existe aussi pour le citron.

PAIN À LA FARINE DE CHÂTAIGNE

pain_farine_chataigne

Cette recette est extraite du livre : La mie du diététicien – Recettes en machine à pain.
L’auteur Didier Rubio, diététicien, a concocté toute une gamme de pains à confectionner en machine à pain, fournissant pour chaque recette des informations précises sur leurs bienfaits diététiques.

Ingrédients (pour un pain de 800g) :

– 350 ml de boisson épeautre-riz-noisette
– 1 cuil à café d’huile de colza
– 15 g de miel d’acacia
– 1.5 cuil à café de fleur de sel de l’île de Ré
– 470 g de farine de blé biologique
– 100 g de farine de châtaigne biologique
– 1 sachet de levure sèche de boulanger.

Préparation :

Placer tous les ingrédients dans la cuve de la machine à pain en suivant l’ordre de la liste. Choisir le programme pain complet et la couleur de la croûte désirée.
Sortir le pain à la fin du programme, démouler et laisser le refroidir sur une grille.

NB : Dans les programmes de cycle complet de la MAP, je trouve parfois le temps de levée insuffisants. J’arrête alors la machine pendant le temps de repos, laisser lever 1 heure de plus en surveillant pour que la pâte ne déborde pas et je redémarre avec le programme cuisson seule ensuite.

Faisant régulièrement du pain en MAP, je suis souvent confrontée aux problèmes des multiples farines demandées : rien que pour le blé, on trouve des farines très blutées (blanches : T55), des farines complètes (T150), en passant par la T65, T80, T 110, etc.
Pour éviter de multiplier les paquets, j’achète de la farine blanche (T 55 donc) qui me sert pour le pain comme pour la pâtisserie et du son de blé : j’ajoute alors une quantité de son variable selon le type de farine demandé.

Ce pain est délicieux avec le goût puissant de la farine de châtaigne, parfait pour le petit-déjeuner et le goûter.
J’adore le parfum de la farine de châtaigne, mais il faut l’utiliser en petite quantité, sinon le pain ne peut pas lever (elle ne contient pas de gluten).

SALADE DE PÂTES AU YAOURT À MA FAÇON

salade_de_p_tes

Un de mes classiques de l’été : préparé en moins de 5 minutes, ce plat peut constituer un repas complet (féculents – protéines – laitage – crudité) pratique à emporter au boulot.

Ingrédients (pour 1 personne) :

– un reste de pâtes cuites (150 g)
– du concombre (100 g)
– un oeuf dur
– bâtonnets de surimi (3 )
– une sauce au yaourt (100 g)
– des fines herbes : ciboulette, aneth, persil, etc
– du sel et du poivre

Préparation :

Couper le concombre pelé, le surimi et le blanc d’oeuf en dés (moyens). Mélanger aux pâtes et à la sauce au yaourt. Saler et poivrer à votre convenance. Après avoir bien mélangé, rajouter les fines herbes et (éventuellement) le jaune d’oeuf émietté.

Suggestion pour la sauce au yaourt:
Mélanger 1 yaourt avec 1 cuillère à café de moutarde à l’ancienne, un filet de jus de citron, du sel, du poivre et des fines herbes.

GÂTEAU MOELLEUX À LA CLÉMENTINE

gateau_moelleux_cl_mentine

Un gâteau étonnant, à faire au mixeur, qui m’a permis d’utiliser les quelques clémentines bios qui me restaient de mon panier de légumes.
Je me suis largement inspirée pour cette recette de la recette du Gâteau express  à la clémentine (au robot)
 de Myriam sur le site culinaire Marmiton.
Myriam est une des marmitonnautes qui a le plus contribué au site avec ses recettes originales et variées.

Ingrédients (pour un moule à manqué de 20 cm de diamètre) :

– 4 clémentines non traitées
– 2 oeufs
– 100 g de sucre
– 80 g de beurre allégé (j’ai pris de la pâte à tartiner à 15 % de MG)
– 200 g de farine
– 1/2 sachet de levure chimique
– 1 pointe de vanille en poudre
– facultatif : pépites de chocolat noir  (j’ai utilisé des sarments à la clémentine pour faire les pépites)

Préparation :

Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).
Laver soigneusement les clémentines et les couper en quatre (en laissant la peau). Enlever les pépins s’il y en a. Retirer aussi le pédoncule.

Mettre tous les ingrédients à l’exception du chocolat dans le bol du robot et mixer jusqu’à l’obtention d’une pâte à peu près homogène.

Verser la pâte dans un moule à manqué de préférence en silicone (sinon, beurrer le moule) d’environ 20 cm de diamètre. Verser éventuellement les pépites de chocolat en les enfonçant légèrement dans la pâte.

Cuire doucement 40 minutes environ : vérifier la cuisson en plantant une pique au centre du gâteau : elle doit ressortir sèche.
Démouler une fois que le gâteau est refroidi.

Le goût est très fruité, aucunement amer.
Ce gâteau est aussi très bon tiède.

g_teau_moelleux_cl_mentine_2

CONFITURE DE LAIT À LA VANILLE

confiture_de_lait__2_

Ingrédients :

– 1 litre de lait 1/2 écrémé
– 300 g de sucre
– 1 gousse de vanille

Préparation :

Pour éviter que le lait n’attache au fond de la casserole, rincer une casserole à l’eau : ne pas essuyer, il reste ainsi une fine pellicule d’eau.

Mettre ensuite le sucre, le lait et la gousse de vanille fendue en deux et grattée dans la casserole. Porter à ébullition. Au premier bouillon, baisser le feu. Cuire ensuite 2h à feu très doux en remuant régulièrement avec une spatule en bois.
La confiture est cuite quand le liquide ressemble à une béchamel (couleur caramel blond).
Verser dans des pots à confiture et refermer. Laisser refroidir et stocker au réfrigérateur.

 Si on souhaite conserver plusieurs semaines cette confiture, il faut procéder comme pour la confiture de fruits en stérilisant les pots. Je préfère personnellement stocker les pots au congélateur.

Cette confiture est un délice, elle se déguste en tartine sur du pain moelleux, sur des crêpes, dans un yaourt ou du fromage blanc ou même telle quelle, à la petite cuillère !

MINI-GRATINS DE POMME DE TERRE, CHAMPIGNONS ET ÉPINARDS

cocotte__pinards_pomme_de_terre

 

Cette recette est extraite du livre Petites cocottes de José Maréchal aux éditions Marabout (encore et toujours eux !). Ces plats sont la version miniature de la bonne vieille cocotte. Cela permet de faire des présentations sympas dans des cocottes individuelles, que l’on amène directement sur la table.Très pratique et original pour les soirées à deux ou tout seul.

Cette recette permet d’utiliser les restes du frigo et du congélateur, avec l’air de pas-y-toucher !

Ingrédients (pour 2 cocottes) :

– une grosse pomme de terre
– 100 g de champignons de Paris
– 100 g de feuilles d’épinards
– 100 ml de crème fraîche
– 100 ml de lait
– 1 gousse d’ail
– 1 pincée de noix de muscade râpée
– sel et poivre blanc

Préparation :

Préchauffer le four à 180°C (th.6).

Éplucher l’ail et les pommes de terre. Effeuiller les épinards. Couper et nettoyer les champignons. Laver tous les légumes. Couper les champignons et la pomme de terre en fines lamelles.

Dans chaque cocotte, alterner couches de pomme de terre et de champignons jusqu’à mi-hauteur. Saler très légèrement entre chaque couche.

Mélanger la crème avec le lait, les épinards,  l’ail pilé, le sel, le poivre et la muscade. Mixer. Verser ce mélange sur les couches de pomme de terre et champignons dans chaque cocotte.

Enfourner les cocottes (sans le couvercle) et laisser cuire une trentaine de minutes. Si le dessus colore trop, mettre le couvercle sur la cocotte.

Servir bien chaud.

Le mélange épinards-champignons est très bon, cela permet de changer des légumes habituels de l’hiver.

PAIN TOUT ÉPEAUTRE

pain_tout__peautre

Je ne suis pas une fanatique des boissons végétales à base de céréales en substitut du lait de vache mais en cuisine, comme pour le pain, j’apprécie beaucoup le goût subtil qu’elles apportent à la pâte.
L’épeautre est une variété de céréale proche du blé, qui contient du gluten : elle est donc parfaitement panifiable, sans que l’on ait la nécessité d’ajouter d’autres farines.

Ingrédients (pour un pain de 800 g) :

– 325 ml de boisson “Douceur d’épeautre”
– 1 cuil à soupe de sucre
– 1 cuil à café d’huile (peu importe la variété)
– 1.5 cuil à café de sel
– 600 g de farine d’épeautre T 70
– 1 sachet de levure de bière

Introduire tous les ingrédients dans la cuve de la machine à pain dans l’ordre indiqué ci-dessus.
L’important est que la levure ne touche pas le sel.
Si la boisson végétale sort du réfrigérateur, faire tiédir au micro-ondes.
Activer le programme pain complet.

NB : Dans les programmes de cycle complet de la MAP, je trouve parfois le temps de levée insuffisants. J’arrête alors la machine pendant le temps de repos, laisser lever 1 heure de plus en surveillant pour que la pâte ne déborde pas et je redémarre avec le programme cuisson seule ensuite.

Une fois que le pain est cuit, retirer la cuve de la MAP et tapoter dessus pour faire sortir le pain. Laisser refroidir sur une grille : la mie devient croustillante.

CAROTTES RÂPÉES AUX GRAINES DE SÉSAME

carottes_rap_es_au_s_same

Ingrédients (pour 2 personnes) :

– 300 g de carottes
– 1 cuillère à soupe bombée de graines de sésame
– 1 cuillère à soupe d’huile de sésame ou à défaut d’olive
– 1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
– sel et poivre blanc
– persil frais

Préparation :

Éplucher, laver et râper les carottes.

Préparer la sauce vinaigrette en mélangeant vinaigre, huile, sel et poivre. Assaisonner les carottes avec.
Faire griller dans une poêle les graines de sésame jusqu’à ce qu’elles soient dorées.

Saupoudrer les carottes râpées de persil haché et des graines de sésame encore chaudes. Servir aussitôt. 

Le sésame donne une note originale et parfumée. Cela permet de changer de la recette traditionnelle des carottes râpées,en restant  peu compliquée et rapide à préparer.